poivronrouge.blog4ever.com

poivronrouge.blog4ever.com

Aux petites déprimes les bons remèdes

Aux petites déprimes

les bons remèdes

 

Pas besoin d'une cause précise pour avoir un coup de blues. Au lieu de chercher des responsables, prenons-nous en main.

 

Manque d'entrain et de confiance en soi, de projets, difficulté à se prendre en main, idées grises, ennui, les signaux sont clairs. Premier réflexe, sortir la tête du sable et accepter de sonner l'alerte. La routine rassure ou angoisse mais, dans l'ensemble, on se sent rétréci.

 

Fatigue et insomnie

Il s'y ajoute une fatigue chronique qui peut sembler incompréhensible aux autres, surtout si on passe son temps à dormir (hypersomnie). Mais l'insomnie peut faire aussi partie du tableau, avec des ruminations où chaque contrariété paraît insurmontable. Certains âges clés sont plus sensibles aux variations d'humeur, l'adolescence, le début de l'âge adulte, le troisième âge.

 

Lutter contre l'isolement

Les causes de ces baisses de forme sont multiples : taux hormonal variable, carences spécifiques dues à un déséquilibre alimentaire, mais aussi stress quotidien, examens, pression familiale ou professionnelle, difficultés conjugales. On aura besoin de soutien pour sortir de cette mauvaise passe. Il s'agit donc de ne pas renvoyer trop vertement les amis qui cherchent à nous secouer.

Le mouvement, c'est la vie ! On sait que l'activité physique favorise la sécrétion dans le cerveau de substances dont les drogues ou les médicaments ne sont que des succédanés. Plus on remue, plus on libère des endorphines euphorisantes : de la dopamine qui réveille la motivation, de la sérotonine régulatrice de l'humeur et du cycle veille-sommeil, et aussi de la noradrénaline qui dope le rythme cardiaque.

 

Du sport contre la déprime

Pas besoin de s'inscrire dans un club de gym, on peut bouger en restant chez soi. Bonne nouvelle pour les mères de famille, selon une étude anglaise menée auprès de 20 000 personnes et publiée par le "British Journal of Sports Medicine", faire le ménage à fond aide à lutter contre la déprime.

Autre activité que l'on peut faire chez soi : danser. Installez une ambiance, une musique tonique, et remuez en vous amusant. S'il y a du monde à la maison, cela prendra l'allure d'une fiesta improvisée. Plus classiques : le jogging oblige à l'endurance et la piscine détend. D'une manière générale, l'activité choisie doit être synonyme de plaisir et non de contrainte, d'autant que régularité et long terme sont les clés de l'équilibre recherché.

 

Actifs mais pas dirigistes

Nos proches peuvent nous aider à passer le cap en étant actifs mais pas dirigistes. Les laisser organiser un bon repas, une sortie sympa, un week-end surprise pour nous dorloter un peu, voilà qui met du baume au cœur. Parler et rire en groupe est une technique thérapeutique éprouvée, appelée "gélothérapie" ou club du rire. Tout ce qui déclenchera la gaieté sera bon à prendre : films, sketchs, clowneries.

N'hésitez pas à passer outre à votre premier mouvement de fatigue ou d'ennui pour accepter les invitations, aller à des conférences, des fêtes de famille ou de village. Faire des plans déco maison, préparer ses prochaines vacances sont autant de projections dans l'avenir. Il s'agit de parvenir à remettre la machine en route pour redevenir actif. On connaît les effets dopants des sucreries et du chocolat sur l'humeur. Pourquoi pas, à condition de s'offrir un réel plaisir, sans culpabiliser…

Misez sur des produits de qualité, des quantités mesurées, un temps de vraie détente, un environnement agréable pour déguster tout à votre aise. Vous prendrez conscience alors que vous mangez moins tout en retirant plus de satisfaction de votre repas.

 

Prendre soin de soi et des autres

Modifier son look fait partie de la stratégie antidéprime. Choisir une nouvelle coupe ou une autre nuance de cheveux, de nouveaux vêtements est facteur de changement. Les soins corporels permettent des temps de régression bons pour le moral. Profitez-en pour vous offrir soins esthétiques, massages, hammam ou bain à bulles. Toute la panoplie des médecines douces s'avère aussi très utile : yoga, relaxation pour apprendre à bien respirer, mais aussi - pourquoi pas ? - phytothérapie ou homéopathie.

Par ailleurs, se sentir valorisé et utile aide à la restauration de l'estime de soi. Rendre service à l'entourage permet de nous ouvrir : garder un enfant, lui expliquer ses devoirs, aider une personne âgée procure de la satisfaction. Être apprécié dans ses compétences, comme le bricolage ou la couture, est stimulant et encourageant. Le secret est de restaurer les liens avec soi-même et les autres.

 

L'alimentation antidéprime

Voici les conseils du Dr Jacques Fricker, médecin nutritionniste à l'hôpital Bichat

Les oméga 3 : essentiels. On les trouve dans les poissons gras (hareng, thon frais ou en boîte), les huiles de noix, de colza.

Vitamines et sels minéraux dans les fruits et légumes variés.

Les sucres lents, pour la forme, dans la baguette tradition, les céréales complètes.

Le chocolat est un aliment plaisir qui favorise la production de sérotonine.

Un ou deux verres de vin par jour détendent, sans danger pour la santé.

Le magnésium, un bon stimulant qu'on trouve dans les fruits secs comme la noisette ou la noix et dans le pain complet.

Les compléments alimentaires ne sont à prendre qu'en cas de carence. Attention ! Les sucres rapides, source de plaisir, favorisent les coups de pompe.



16/04/2009
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 85 autres membres